Vous êtes ici : UVSQ RechercheActualités de la recherche | Innovation

1ère pose d'endoprothèse aortique réalisée en ambulatoire à l'AP-HP

le 7 février 2019

Les équipes des services de chirurgie vasculaire et d’anesthésie de l’hôpital Ambroise-Paré AP-HP/UVSQ ont réalisé, en décembre 2018, la première pose d’endoprothèse aortique en ambulatoire à l’AP-HP pour le traitement d’un anévrysme de l’aorte abdominale.

Le patient a pu regagner son domicile le soir même de l’intervention. Son rendez-vous post-opératoire et la visite de contrôle un mois après l’opération ont confirmé que le patient se porte bien avec un bon résultat opératoire.
Cette intervention, réalisée par le Pr Raphaël Coscas, participe au développement d’une chirurgie ambulatoire innovante à l’AP-HP.

L’anévrysme de l’aorte abdominale est une maladie grave qui touche entre 4 et 8% des hommes après 60 ans. Elle correspond à une dilatation (c’est-à-dire à une augmentation pathologique du volume) de la portion abdominale de l’aorte, susceptible d’entraîner une rupture et une hémorragie interne massive, mortelle dans 80 à 90% des cas. Le risque devient particulièrement important lorsque le diamètre de l’anévrysme dépasse le seuil des 50mm. Les anévrysmes de l’aorte abdominale ne donnent généralement pas de symptômes avant la rupture. Le dépistage par échographie abdominale est donc recommandé par la HAS.

Le traitement d’un anévrysme aortique peut être réalisé par :
  • une chirurgie conventionnelle : remplacement de l’aorte par une prothèse tubulaire synthétique. Ce traitement nécessite une hospitalisation d’une semaine en moyenne.
  • un traitement endovasculaire : implantation d’une endoprothèse (ou stent) aortique recouverte de textile, introduite par les artères fémorales via deux ponctions au niveau de l’aine, permettant d’exclure l’anévrysme de la circulation sanguine. Cette intervention, moins invasive, nécessite en moyenne deux à quatre jours d’hospitalisation.
Le Pr Raphaël Coscas, du service de chirurgie vasculaire de l’hôpital Ambroise-Paré AP-HP, dirigé par le Pr Marc Coggia, en collaboration avec l’équipe d’anesthésie du Pr Dominique Fletcher, a réalisé la première pose d’endoprothèse aortique en ambulatoire en décembre 2018 dans le cadre du traitement d’un anévrysme de l’aorte abdominale.

Deux études préliminaires à cette première à l’AP-HP avaient été menées au sein du service de chirurgie vasculaire :
  • la première a permis de mettre en évidence, après analyse des dossiers médicaux, qu’environ 40% des patients pris en charge ces trois dernières années dans ce service, étaient potentiellement éligibles à un traitement endovasculaire en ambulatoire (bon état général de santé, bilan pré-opératoire normal, forme d’anévrysme simple, présence d’un accompagnant et proximité géographique).
  • la seconde, exploratoire, a été menée en 2017 et 2018 sur une dizaine de patients atteints d’un anévrysme de l’aorte abdominale et éligibles à un traitement endovasculaire en ambulatoire. Ces derniers ont bénéficié d’une pose de l’endoprothèse aortique sous anesthésie locale avec sédation, sans sonde urinaire, avec un lever post-opératoire précoce (quatre à six heures après l’intervention) et une reprise de la marche sous surveillance. Ces patients, gardés en hospitalisation complète, étaient tous éligibles à un traitement endovasculaire en ambulatoire et donc à un retour à leur domicile le soir même.

Le nombre de prises en charge en ambulatoire pour une pose d’endoprothèse aortique, chez les patients éligibles, pourrait augmenter progressivement au sein du service de chirurgie vasculaire de l’hôpital Ambroise-Paré AP-HP.

Le développement de ce type d’interventions en ambulatoire participe au déploiement d’une chirurgie ambulatoire innovante à l’AP-HP.
Informations complémentaires
©Hôpital Ambroise-Paré AP-HP
En savoir plus

> Site UFR Sciences de la santé Simone Veil
> Site APHP