Vous êtes ici : UVSQ RechercheDoctoratSoutenances de thèse

« Des Mondes Ordonnés ? Professionnels du droit et militants dans la diffusion de la raison juridique»

le 30 novembre 2009

Le Lundi 30 Novembre 2009 A 13H30

l'UNIVERSITE DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN EN-YVELINES UFR des Sciences Sociales et des Humanites Salle C119 - Batiment d'Alembert 5/7 boulevard d'alembert (1er étage) 78047 guyancourt


Plan d'accès

Présenté par Laurent WILLEMEZ Spécialité Sociologie

Revenant sur une trajectoire d'enseignant-chercheur en sociologie, le mémoire a pour objectif de proposer une manière alternative de penser les rapports entre le droit et la politique. Il se fonde pour cela sur la reprise et l'approfondissement de recherches menées dans ce domaine depuis près de quinze ans sur des objets et des terrains différents, dans des perspectives disciplinaires, méthodologiques et chronologiques très diverses : les avocats engagés au début des années 2000 dans la défense des salariés, les trajectoires et le rapport au droit des conseillers prud'hommes, l'essor des formes de régulations juridiques et judiciaires dans des espaces sociaux multiples : le monde rural au XIXe siècle, le champ politique entre 1860 et 1914 et le monde du travail tout au long du XXe siècle. À l'intersection de la sociologie du droit et de la justice, de la sociologie politique (singulièrement de la socio-histoire du champ politique et de la sociologie de l'engagement militant) et de la sociologie des professions, ce travail a pour objectif principal de reconstituer la manière dont le droit et la justice ont émergé comme la manière dominante, voire monopolistique, de penser le monde social, processus dans lesquels les juristes - qu'ils soient ou non professionnels - ont joué un rôle central.

Après une première partie, tentative d'auto-socio-analyse permettant de reconstituer un ensemble de dispositions propres au rôle d'enseignant-chercheur en sociologie, à l'intérêt pour la sociologie politique et aux pratiques d'interdiciplinarité, les retour sur les recherches réalisées permettent de revenir sur la définition et l'extension du champ juridique, et en particulier sur les logiques qui y sont à l'œuvre (deuxième partie : « le droit au risque de la politique : le champ juridique et l'institution judiciaire dans leurs rapports au politique »). La principale d'entre elles, et dont attestent les travaux en termes de sociologie des professions, est la fermeture aux profanes à travers un ensemble de dispositifs et de mécanismes sociaux. L'analyse de deux types de tentative de subversion de l'ordre juridique permet paradoxalement de mettre à l'épreuve ce modèle : d'une part les avocats « travaillistes » militants, qui militent pour intégrer dans le champ juridique des logiques politiques exogènes ; d'autre part les conseillers prud'hommes, juges non-professionnels qui prétendent transcender les frontières de ces différents espaces sociaux en reliant activité syndicale et activité juridique.

La troisième partie du mémoire propose une première analyse de la diffusion des modes de pensée et d'action proprement juridiques et judiciaires dans le monde social (« La raison juridique : diffusion et incorporation du droit et de la justice comme catégories de pensée et d'action : XIXe-XXe siècles ») : la diffusion de cette raison juridique s'appuie sur l'activité d'un certain nombre de groupes sociaux, qui jouent le rôle de véritables militants du droit, depuis une position professionnelle (professeurs de droit, magistrats, avocats, mais aussi notaires, avoués, huissiers...) ou à partir d'un usage militant des outils et des catégories du droit. Cela permet de montrer que si les formes de protestation par l'action juridique constituent un élément possible du répertoire de mobilisation, elles ont une contrepartie : celle de contribuer à diffuser la croyance dans le droit comme unique manière de penser la société, d'agir sur elle et de la réguler.

Informations complémentaires

MEMBRES DU JURY :

Annette JOBERT, Directeur de Recherche CNRS UMR IDHE à l'Université de Paris X Nanterre- Rapporteur

Emmanuel LAZEGA, Professeur des Universités à l'Université de Paris IX Dauphine - Rapporteur

Christian TOPALOV Directeur de Recherche CNRS CMH à l'École des hautes études en sciences sociales- Rapporteur

Didier DEMAZIERE, Directeur de recherche CNRS PRINTEMPS à l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines - Examinateur

Jean-Noël RETIERE, Professeur des Universités à l'Université de Nantes - Examinateur

Contact :
Direction de la recherche des Etudes Doctorales et de La Valorisation - DREDVAL :