Accès direct au contenu

Dans :


Imprimer la page
impression pdf

Site institutionnel > La Recherche > Actualités > les soutenances de thèse

« Différenciations, socialisations, stratifications : enquêtes sur le travail dans les univers familiaux, juridiques et médicaux » par Anne PAILLET

Discipline : Sociologie

Résumé :
S’intéressant aux univers tant familiaux que professionnels et mobilisant des méthodes ethnographiques et statistiques, l’auteure a enquêté sur des personnes qui travaillent sur d’autres personnes (au sens de Hughes) et qui exercent sur elles diverses formes de pouvoir : des médecins et des infirmières travaillant sur des patients et des familles, des magistrats travaillant sur des justiciables, des parents travaillant sur leurs enfants via leurs pratiques éducatives. Elle s’intéresse aux variations des pratiques de travail sur autrui et met en lumière les médiations concrètes par lesquelles les contextes, les systèmes de relations, les positions, les situations, les trajectoires contribuent à produire des différenciations. Il s’agit notamment de se donner les moyens sociologiques d’objectiver certaines variations qui, parce que ténues, ne sont guère perçues ni étudiées. Ainsi, concernant les travailleurs que l’on a l’habitude d’aborder comme « fortement professionnalisés », l’impact des trajectoires et des caractéristiques sociales des travailleurs tend à être sous-enquêté. Après avoir examiné les éléments théoriques et méthodologiques qui font parfois obstacle à l’exploration de cette dimension, l’auteure avance plusieurs principes d’enquête visant à raisonner à partir de corrélations significatives, bâties sur la base d’enquêtes à la fois statistiques, historiques et ethnographiques (la notion de « significativité ethnographique » est en particulier proposée et discutée). La démarche est ensuite étendue, par-delà les propriétés sociales des travailleurs, à celle des « clients ». Ce mémoire d’habilitation réinvestit à nouveaux frais la question de savoir comment varient par exemple les pratiques de chaque médecin en fonction des caractéristiques sociales de ses clients : dans quelle mesure, et de quelle manière, les praticiens modulent-ils, en fonction des profils sociaux des patients, leurs façons de catégoriser, d’interagir, d’orienter, de diagnostiquer, de prescrire, de traiter mais aussi d’informer, d’exercer l’autorité, de gouverner ? Enfin, l’étude ouvre la voie à une sociologie des “différenciations des différenciations ». Il s’agit de saisir la diversité des pratiques en portant simultanément l’attention sur les variations des propriétés sociales des travailleurs sur autrui et sur les variations des propriétés sociales des clients. Au carrefour de la sociologie de la socialisation, de la stratification et des rapports de pouvoir, l’examen de ces « différenciations au carré » vise à compléter le nuancier des processus de formation des pratiques de travail sur autrui et, ce faisant, celui des vecteurs de socialisation et des vecteurs de production des inégalités (pour la sociologie de la famille comme pour celle du travail et des professions). Mots-clefs : socialisation, différenciations, inégalités, travail, famille, rapports de classe et de genre, catégorisations ethno-raciales, médecine, justice, éthique, pouvoir, décision, ethnographie, statistiques.

Abstract:
The author surveyed people whose professional or personal activity is geared towards “working on others”: doctors, nurses, magistrates, parents of young children. In particular, the author focused on family and professional spheres, and used both ethnographic and statistical methods. She surveyed concrete mediations through which contexts, relationships’ systems, positions, situations, and trajectories lead to distinctive approaches to working on others, notably when these distinctive features are tenuous. As far as “highly professionalized workers” are concerned, the sociological surveys generally do not focus much on how their social trajectories and social profiles may impact their practices. To study this specific aspect more closely, Anne Paillet proposes several principles allowing to establish significant correlations based on statistical, historical and ethnographic surveys (notably, she suggested the notion of « ethnographic significance »). The author then examines how practices may vary depending on the clients’ social profiles. For example, she looks into how doctors take account of social profiles to categorize their patients, interact with them, diagnose them, prescribe drugs, treat them, provide information and also exert their professional authority. Finally, the author paves the way for a new frame of questioning, featuring “differentiations’ differentiations”, the objective of which is to simultaneously analyze the variations in the social attributes of those who “work on others” and the variations in the social attributes of their clients – the ultimate goal being to shed light on the formation process of professional practices as well as the production of inequalities in both professional and family spheres. Keywords : socialization, differentiations, inequalities, work, professions, family, social classes, gender, ethno-racial categorization, medicine, justice, bioethics, power, decision, ethnography, statistics

Membres du jury :

Monsieur Nicolas DODIER, Directeur d’Etudes, IMM-CEMS, EHESS et INSERM - Rapporteur
Madame Catherine MARRY, Directrice de recherche émérite, CNRS – Rapporteure
Monsieur Olivier SCHWARTZ, Professeur des Universités émérite, Paris-Descartes - Rapporteur
Monsieur Didier DEMAZIERE, Directeur de Recherche, CSO, CNRS - Examinateur
Monsieur Laurent WILLEMEZ, Professeur des Universités, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Printemps – Garant
Madame Christine DETREZ, Professeur, ENS Lyon, Centre Max Weber, Examinatrice

Dernière mise à jour de cette page : 29 novembre 2016


outils accès dossiers réseaux logo_uvsq