Vous êtes ici : UVSQ RechercheDoctorat

John Milton, pamphlétaire : de la famille à la république

Par Monsieur Christophe TOURNU Discipline : LANGUES ET LITTERATURES ANGLAISES ET ANGLO-SAXONNES

Résumé : Les travaux présentés dans le cadre de cette HDR se rapportent à la pensée politique de John Milton, « le plus mémorable des pamphlétaires », secrétaire latin d'Oliver Cromwell à l'époque de la République anglaise (1649-59), bien que plus connu en France comme poète, admirable créateur du Paradis perdu immortalisé en français par Chateaubriand.

L'idée maîtresse est que Milton est passé de la logique domestique, d'une question de droit privé - la famille, le divorce - à une logique politique, à une question de droit public : la République, la révolution. Tout changement dans la famille, cellule de base de la société, devait en effet avoir des répercussions dans l'Etat. En réclamant la liberté du divorce dans le mariage considéré comme un contrat privé, Milton posait les jalons d'un véritable bouleversement dans la sphère du politique : il désacralisait le pouvoir pour ne voir dans le lien politique qu'un contrat public résiliable. Tout comme l'homme doit pouvoir divorcer de la femme qu'il n'aime plus, le peuple doit pouvoir se séparer d'un roi ou de gouverneurs, voire d'une constitution qu'il ne désire plus.

Aussi Milton ne saurait-il être réduit au grand poète qu'il a été. Il mérite d'être pensé comme un penseur républicain. Son apport principal est d'avoir pensé la République à partir de la famille.

Abstract : John Milton, pamphleteer: from the family to the Republic  The research work presented here addresses John Milton's political thought. John Milton (1608-74) was Latin Secretary to the English Republic from 1649 to 1659, but in France he is better known as a poet, the sublime creator of Paradise Lost, a biblical epic brilliantly translated into French by Chateaubriand.

The core idea of my work is that Milton transferred his logic on marriage and divorce to his thought on the Republic and the Revolution, thus passing from family, a question of private law, to politics, a question of public law. Because he regarded the family as the basic social unit, any change therein was to have direct consequences on his conception of the State. When Milton claimed for freedom to divorce, considering marriage a rescindable private contract, he was laying the foundation for a real upheaval in the political sphere: he desacralized political authority and saw in the political bond only a public breakable contract. Just as man should be allowed to divorce from a wife he no longer loves, the people should be allowed to get rid of a king or governors, or even a constitution they no longer desire.

Thus Milton cannot be reduced to a poetic figure but deserves to be remembered as a republican thinker. I argue that his major political contribution was to think about the res publica from the domestic perspective.

Informations complémentaires

Jean-Louis BRETEAU, Professeur des Universités, à l'Université de Toulouse Le MiraiI - Rapporteur Franck LESSAY, Professeur des Universités, à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III - Rapporteur Elisabeth SOUBRENIE, Maître de Conférences, Habilitée à diriger des recherches, à l'Université de Paris Sorbonne IV - Rapporteur Jan BORM, Professeur à l'Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines - Examinateur Bertrand VAN RUYMBEKE, Professeur des Universités, à l'Université de Paris VIII -  Examinateur Bernard COTTRET, Professeur à l'Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines - Tuteur