Accès direct au contenu

Dans :


Imprimer la page
impression pdf

Site institutionnel > La Recherche > Actualités > brèves

La réduction annoncée des incertitudes liées à l’impact des activités humaines sur le climat

Une étude internationale, associant des climatologues français, montre que la contribution du CO2 à la perturbation du climat par les activités humaines va en augmentant, conduisant, en 2030, à réduire de 50 % l’incertitude sur la sensibilité du climat à ces perturbations. Elle est publiée en ligne par Nature Geoscience.

vignette_470
Les modèles actuels d’évolution du climat indiquent un réchauffement dû à l’effet de serre provoqué par des quantités croissantes de CO2  dans l’atmosphère compensé partiellement par un refroidissement lié à la présence de particules ; CO2  et particules étant émises par les activités humaines. L'ampleur de cet effet de refroidissement n’est pas caractérisée de façon suffisamment précise. Cela conduit à des incertitudes sur le calcul du forçage radiatif*  et sur l’effet des activités humaines sur le climat. De ce fait, il est difficile d’obtenir une valeur empirique de sensibilité du climat**  à partir des observations du climat dont on dispose.

Une étude associant des  chercheurs norvégiens, britanniques et  français (LMD – CNRS-UPMC-ENS-École polytechnique et LSCE – CEA-CNRS- UVSQ)***, publiée ce 23 février en ligne par Nature Geoscience, montre que dans les 20 prochaines années la contribution du CO2  au réchauffement va dominer le forçage radiatif.

« On  s’attend  à  une  diminution  des  concentrations  atmosphériques  des aérosols  au  cours  des  prochaines  décennies,  indique  Olivier  Boucher,  chercheur  CNRS  au Laboratoire de météorologie dynamique (LMD). Leur contribution à l’évolution globale du climat va donc se réduire. Cela va faire diminuer mécaniquement l'incertitude sur la perturbation climatique due aux activités humaines. »
« Par ailleurs, le CO2 va continuer à augmenter ; notre compréhension de l’effet du CO2 sur le climat est meilleure que celle que nous avons de l’effet des aérosols et d'autres agents comme l’ozone ou l’albédo de surface, explique François-Marie Bréon, chercheur CEA au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE). C’est l’autre facteur qui nous permet d’entrevoir une meilleure quantification de l'impact global de l’activité humaine sur le climat dans les décennies à venir ».
Cela conduira à une plus grande précision dans les calculs de sensibilité du climat, réduisant l'incertitude dans la réponse climatique transitoire**** de 50 % d’ici 2030, et ce sans prendre en compte l’amélioration de la compréhension scientifique du fonctionnement du climat.

Informations complémentaires :

*Un forçage radiatif quantifie la variation du bilan énergétique de la Terre induit pour un facteur de changement climatique tels que les gaz à effet de serre ou les aérosols.
**La sensibilité du climat quantifie la variation de température à la surface de la planète pour un forçage radiatif donné. Il permet dans les modèles de quantifier les données prévisionnelles d’évolution du climat.
***Appartenant tous deux à l’Institut Pierre Simon Laplace (IPSL).
Référence de l’article : « Declining uncertainty in transient climate response as CO2  forcing dominates future climate change » Gunnar Myhre, Olivier Boucher, François-Marie Bréon, Piers Forster and Drew Shindell, Nature Geoscience, DOI 10.1038/ngeo2371
Crédit photo © EyeWire,Inc
> Télécharger le communiqué de presse [PDF - 386 Ko]

Dernière mise à jour de cette page : 19 mars 2015


outils accès dossiers réseaux logo_uvsq