Vous êtes ici : UVSQ ActualitéPortraits

Le choix des notes

Portrait d’Emmanuel Urbanet diplômé d’une maîtrise d’anglais en 1997

le 22 mai 2017

Emmanuel Urbanet fait toutes ses classes à l’université de 1992 à 1998, avant même la construction des bâtiments Vauban et d’Alembert à Saint-Quentin-en-Yvelines. « Au début ça ne ressemblait pas beaucoup à un campus, il y avait un air de lycée, nous étions une trentaine dans la promo installés dans des préfabriqués à Saint-Quentin. Seule différence... le niveau, beaucoup plus élevé à l'université ! Je l’ai bien ressentie dans la notation ! ».

C’est à cette période qu’il commence à faire de la musique avec quelques copains et crée avec Arnaud Joyet « les joyeux urbains », un groupe de chanson française humoristique. « Je me souviens très bien de notre premier concert sur le parking du bâtiment Leclerc, c’était le 4 avril 1995 très précisément ! » 

Étudiant et artiste à la fois, il participe aussi chaque semaine aux ateliers d’improvisations de la fac: « Ils avaient été lancés par le Bureau des étudiants en droit. Je faisais même partie de la ligue d’improvisation des Yvelines qui se réunissait 3 ou 4 fois par an, dans l’amphi 5 du bâtiment Leclerc ».

Par la suite, le chanteur part à l’étranger une année en tant que lecteur à Nottingham en Angleterre. Une véritable opportunité rendue possible grâce aux petits effectifs à l’UVSQ : « Nous avions le même nombre de places à l’étranger que les universités parisiennes, mais nous étions 10 fois moins nombreux sur les rangs ! ».

À son retour, tout se bouscule, « je devais valider ma maîtrise, accomplir mon service militaire et écrire des chansons !». Alors qu’il s’apprête à passer le Capes pour devenir professeur d’anglais, Emmanuel sent bien que l’heure du choix approche. Et c’est le jour du concours en 1997 qu’il prend sa décision. « Ce jour-là j’avais aussi la possibilité de donner un concert ». Chanter ou enseigner ? Il tranche, ce sera la musique.

Aujourd’hui, entre ses concerts au sein du « duo 2.0 », des « rois de la Suède » et la tournée anniversaire des « Joyeux urbains » il fait de la musique à temps plein. Emmanuel Urbanet travaille aussi en collaboration avec la maison d’édition Formulette pour produire des albums musicaux pour la jeunesse. Après Brassens, Bourvil, Boby Lapointe et Joe Dassin pour les enfants, il prépare le 5e volume de cette superbe collection et il le dit sans hésiter, son choix, il ne l'a jamais regretté !

Photo: Thierry Chadeville