Vous êtes ici : UVSQ RechercheDoctoratSoutenances de thèse

Les nouvelles technologies dans la pratique professionnelle des architectes, 1959-1991. « les méthodologistes » Histoire de trois laboratoires d’informatique dans les écoles d’architecture en France

le 24 mars 2011

jeudi 24 mars 2011 à 14h30
A L’Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Versailles
5 avenue de Sceaux
Salle de la Forge F 010
78000 VERSAILLES

Par Monsieur Christian MORANDI Discipline : Histoire de l'Architecture

Les ordinateurs ont envahi les agences d’architecture. Quelle est l’histoire de l’informatisation des architectes ?
En France, durant les années 60-70-80, des architectes engagent des recherches dans des laboratoires qui sont situés en périphérie des écoles d’architecture puis, à partir de 1978 intégrés au sein de ces établissements universitaires. Ces chercheurs français, comme Jean-Pierre Péneau, Jean Zeitoun ou Paul Quintrand (les directeurs du CERMA à Nantes, du CIMA à Paris, du GAMSAU à Marseille), expérimentent en France des méthodes rationnelles pour concevoir des projets d’architecture dérivées des « design-methods » des pays anglo-saxons. Dans les années 60 cette approche théorique entre en résonance avec la notion de « fonction architecturale » qui présente l’architecture comme une réponse sociale résultant d’un processus pluridisciplinaire permettant de construire le « cadre bâti ». Dans un premier temps les chercheurs sont confrontés à la complexité de l’explicitation du problème architectural. Ils inventent des programmes informatiques limités dits « d’allocation spatiale », qui répondent à une vision fonctionnaliste de l‘architecture. Puis à la fin des années 70, IPA ( (instrumentation pour l’architecte) est créé à Marseille, c’est un des premiers logiciels interactif de CAO français pour l’architecture. Les années 80 sont marquées par de nombreuses expérimentations afin d’inventer des logiciels « experts » à base de connaissance en architecture. Les avancées du génie logiciel ( langage orienté objet), l’apport des sciences cognitives, les progrès du matériel informatique, une politique volontariste au plus niveau politique afin d’informatiser le secteur du bâtiment et des travaux publics, la création d’une recherche architecturale liée à l’enseignement, l’appui de la direction de l’architecture sont les facteurs qui vont donner aux laboratoires informatiques des écoles d’architecture la stabilité administrative et les moyens financiers de développer de très riches programmes scientifiques et de produire des logiciels ou des prototypes dans des domaines aussi variés que de l’instrumentation des plans d’architecture, la simulation des ambiances ou les « nouvelles images » .

Abstract: The new technologies in the professional practice of the architects 1959-1991." Méthodologists ".
History of three laboratories of computing in the schools of architecture in France.
Computers invaded the architectural workshop. How did it happen ? What is the history of the computerization of the architects?
In France, during years 60-70-80, architects started researches in laboratories which were independant of the schools of architecture; then from 1978 these laboratories were integrated within universities. These French researchers, as Jean-Pierre Péneau, Jean Zeitoun or Paul Quintrand (the managers of the CERMA in Nantes, the CIMA in Paris, the GAMSAU in Marseille), experimented in France rational methods to conceive projects of architecture using " design - methods " from Anglo-Saxon countries. In the 60s this theoretical approach started resonating with the notion of "architectural function" which presented architecture as a social answer resulting from a multidisciplinary process allowing to build the " cadre bâti ".
At first the researchers were confronted with the complexity of the explicitation of the architectural design problem. They invented limited programs " about spatial allowance (allocation) ", which gave a functionalist vision of the architecture. Then at the end of the 70s, IPA ((instrumentation for the architects) was created in Marseille, it was one of first French CAD software for the architecture. The 80s were marked by numerous experiments to invent "expert" software in architecture. The headways of the software engineering (directed language object), the contribution of the cognitive sciences, the progress of the computer hardware, a voluntarist politics of the French government at most political level to computerize the sector of the building and the public works, the creation of an architectural research connected to the education (teaching) were the different means used to give to the computing laboratories of the architectural schools the administrative stability and the financial means to develop very rich scientific programs and to produce software or prototypes in domains so varied as the instrumentation of the plans of architecture, the simulation of the atmospheres or the " new images ".
 
Informations complémentaires
Frédéric SEITZ, Professeur des Universités, à l’Université Technologique de Compiègne – Rapporteur
Christiane YOUNES, Professeur des Universités, à l’Ecole d’Architecture de Paris La Villette – Rapporteur
François LOYER, Directeur de Recherche, Habilité à Diriger des Recherche à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Directeur de thèse
André GUILLERME, Professeur des Universités, au Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris – Examinateur
Jean-Yves MOLLIER, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Examinateur