Vous êtes ici : UVSQ L'UVSQActualités de l'université

Les violences sexuelles et sexistes : et si on en parlait

le 6 décembre 2018

Le jeudi 6 décembre 2018
de 12h à 13h30
Amphi J, bâtiment Fermat, campus des Sciences à Versailles

Dans le cadre de la semaine de prévention contre les violences sexuelles et sexistes, l'UVSQ diffusera le documentaire "Sexe sans consentement" en présence de l'association "Noustoutes".

L'événement, diffusion du documentaire et débat avec la cellule de veille, est co-organisé par la mission parité et Interassos qui administreront un questionnaire interactif avec Kahoot sur ces questions.


Sexe sans consentement”, un documentaire qui ausculte la “zone grise” 

Elles n’ont pas consenti mais ont cédé. Elles ne se sont pas débattues mais n’étaient pas d’accord. « Pour faire plaisir », par peur de « passer pour coincée », par crainte de violences plus grandes, Natacha, Celia, Juliette, Floriane et Louise ont vécu une expérience sexuelle forcée, qu’elles ont parfois mis des années à reconnaître comme telle. Ces jeunes filles, et l’une de leurs aînées, Mary, racontent, face caméra, ce jour où l’atteinte est venue d’un ami, d’une connaissance rencontrée dans un contexte familier. La force du film est de s’aventurer sur un terrain rarement exploré : cette « zone grise » de la sexualité, où peuvent se produire des dérapages, des viols qui ne disent pas leur nom, des contraintes sans brutalité physique ni menace. Toutes, à leur manière, ont ressenti ce moment de choc qui empêche de réagir, expriment le sentiment d’être allées « trop loin pour reculer », et même parfois, après coup, « d’usurper la place de victime ».

En contrepoint, le film recueille, sur le vif, le point de vue de jeunes hommes sur la séduction et le consentement. Ces témoignages croisés, directs, forts, disent beaucoup sur le malentendu entre les sexes. Aux injonctions conquérantes imposées aux hommes, répondent les normes dictées aux femmes, en particulier celle de rester passives, de ne pas affirmer leurs désirs. Ce qui, par contrecoup, les empêche d’être entendues lorsqu’elles expriment un refus. Delphine Dhilly et Blandine Grosjean ne cherchent pas à accabler le « sexe fort », mais à mettre en lumière le poids de l’éducation, les schémas de domination masculine encore tenaces. A l’heure où certaines signent des tribunes sur le « droit d’importuner », leur film pose les bases d’un dialogue nécessaire.

Hélène Marzolf - Télérama

Informations complémentaires
Documentaire réalisé par Delphine Dhilly, co-écrit avec Blandine Grosjean
Production : ELEPHANT – Gaël Leiblang/Fabrice Frank
Avec la participation de France Télévisions et du CNC