Vous êtes ici : FRActualités de la recherche | Innovation

Nathalie Carrasco, spécialiste de l’atmosphère de Titan

Spécialiste de l’atmosphère de Titan au Laboratoire atmosphères, milieux, observations spatiales (LATMOS), Nathalie Carrasco nous parle de son projet PRIMCHEM "Chimie primitive dans les atmosphères planétaires : de la haute atmosphère jusqu’à la surface" .

le 19 février 2015

Publié dans la lettre de la recherche n°17 en février 2015
Retenue en 2013 dans la 23e promotion de l’Institut universitaire de France pour ses travaux, Nathalie Carrasco, membre du LATMOS, a vu son projet PRIMCHEM "Chimie primitive dans les atmosphères planétaires : de la haute atmosphère jusqu’à la surface" sélectionné en 2014 dans le cadre des ERC Starting Grants. 

Sur quels critères votre projet PRIMCHEM a-t-il été sélectionné ?


« Les ERC starting grants correspondent à un appel d’offre européen dans le cadre du programme H2020. Le seul critère est l’excellence scientifique. Il s’agit de détecter des jeunes chercheurs à fort potentiel et de leur permettre de monter une équipe pour faire émerger une thématique de recherche originale. Le taux de réussite est d’environ 10%, sachant que tous les projets déposés sont très bons.
J’ai été sélectionnée sur les critères d’évaluation suivants :
  • un projet innovant avec une idée originale par rapport à la recherche en cours dans mon domaine, soit la chimie de l’atmosphère de Titan,
  • un bon CV, c'est-à-dire déjà une certaine forme de reconnaissance scientifique dans ma communauté par rapport à notre catégorie d’âge (de 2 à 7 ans après la thèse)
  • l’adéquation parfaite entre l’idée proposée et le chercheur. Il faut être la bonne personne pour le bon projet et montrer qu’il ne manque plus que l’impulsion, le financement, pour faire décoller l’ensemble.
Un collègue qui m’a coatchée dans la préparation de mon projet m’a donné l’image d’un projet "Ready to Fly" ». 


Comment se sont déroulés le montage d'abord, puis la soumission du projet ?


« Le processus se fait en deux étapes. Tout d’abord, la rédaction du projet écrit, puis si l’on a la chance d’être admissible, une audition environ 6 mois plus tard, devant une commission scientifique à Bruxelles.
Le projet écrit est très pointu et m’a demandé beaucoup de travail. Il n’est pas extrêmement long : un document de 5 pages et un document de 15 pages. Mais l’esprit est différent de ce que j'avais l’habitude de préparer.
En effet, j’étais amenée à rédiger des projets de recherche où l’aspect raisonnable et fiable devait être prouvé avant tout pour en espérer sa sélection. Ici, au contraire, c’est l’aspect prise de risque et originalité qui sont les principaux critères. Il faut à la fois démontrer qu’on a une idée audacieuse, mais qu’on anticipe les difficultés et qu’on saura y faire face. On nous demande donc d’être solide dans notre approche du risque, tout en restant ambitieux.
J’ai bénéficié de l’aide de la cellule internationale de la FCS Paris-Saclay pour préparer mon projet. Des experts et non-experts ont relu préalablement mon projet pour me confronter aux éventuelles zones de flou qui pouvaient rester et mettre en lumière mes atouts et mes faiblesses pour que je prenne le plus de recul possible. Ce travail de critiques bienveillantes a été très important pour amener mon projet au niveau d’exigence requis. »


Aujourd’hui, comment pilotez-vous ce projet et quelles sont les grandes étapes à venir ?


« Nous venons de finaliser la rédaction du contrat, qui démarrera en septembre 2015, phasé sur le calendrier universitaire. La subvention est de 1,5 M€ pour une durée de 5 ans, gérée dans l’UVSQ, mon établissement. Je suis désormais épaulée par la cellule de coopération scientifique européenne et internationale du service valorisation de la direction de la recherche de l’UVSQ dans la rédaction du contrat et la préparation de l’accueil du projet.
Ce financement est élevé, c’est pourquoi tout a été également finement préparé et justifié en amont pendant la constitution du projet. Il va me permettre de développer et consolider ma plateforme expérimentale de simulation de la chimie de l’atmosphère de Titan, et surtout, de constituer une équipe de recherche, avec le recrutement de doctorants et de postdoctorants, pendant les 5 ans du projet. J'ai hâte de commencer ».
Informations complémentaires
En savoir plus
Voir le site des ERC Starting Grants : http://erc.europa.eu/starting-grants
Crédit photo Infinités plurielles
Consulter le site du LATMOS

Contact
Annelise Gounon-Pesquet annelise.gounon-pesquet@uvsq.fr
Chargée de communication scientifique à la Direction de la Recherche