Vous êtes ici : UVSQ RechercheDoctoratSoutenances de thèse

Quel mécanisme de qualification pour les filières de valorisation de la biodiversité : l'exemple de la soie sauvage de la commune rurale d'Arivonimamo, Madagascar ?

par Madame Tiana RAZAFINDRAKOTO
Discipline : Sciences Economiques
Laboratoire : CEMOTEV

Cette thèse analyse l’apport de la proximité dans le processus de valorisation des territoires, de la biodiversité et des patrimoines, dans une perspective de durabilité. Il s’agit d’identifier le rôle de la qualification d’une filière de biodiversité dans la promotion de dynamique d’action collective, qui sous-tend ces stratégies de développement territorial. Les résultats montrent que la gestion des terroirs- par le biais d’outils de qualification- pourrait apporter une solution élégante à la préservation de la biodiversité et des pratiques socioculturelles et artisanales des territoires, tout en les valorisant sur le marché. La qualification nous rend compte de la relation existant entre le système productif de la filière de la biodiversité et son ancrage territorial. L’examen des conditions de définition du mécanisme de qualification pour la filière soie sauvage d’Arivonimamo, nous a révélé la nécessité d’articuler l’AOC défendant le savoir-faire local, le label de commerce équitable contribuant à l’amélioration des conditions de vie des acteurs locaux et la mise en place de système productif localisé séricicole au niveau d’Arivonimamo. Ces mesures locales et privées doivent être soutenues par des choix de politiques publiques pour en garantir la pérennisation. Par ailleurs, les conditions requises pour la qualification des produits de soie sauvage pourraient servir de base pour la démarche de qualification des autres filières de biodiversité à Madagascar.


Abstract :
This thesis analyses the effect of the proximity of the actors in the economic valorization of the territories, the biodiversity and the patrimony, in a sustainable view. Moreover, we will analyze the role of the qualification of a biodiversity channel in the promotion of collective action dynamics, which underlies these strategies of territorial development. The results show that the management of the territory – by the means of tools for indication – could bring an elegant solution to the safeguarding of the biodiversity and socio-cultural and artisanal practices of the territories, while developing them on the market. Indication accounts to us for the relation existing between the productive system of the biodiversity channel and its territorial anchoring. The examination of the conditions of definition and mechanism installation of qualification adapted to the wild silk channel of Arivonimamo includes the “AOC” for the safeguard of the local practice, the “fair-trade labeling” for the improvement of the good being and the reduction of the poverty of the local actors and the silk- SPL at the rural District of Arivonimamo. Those local and private measures must be connected with a public political choice, for the sustainability of the mechanism. In addition, the requirements for the qualification of the wild silk products could be used as a basis for the step of qualification of the other biodiversity channels for Madagascar.
 
 
Informations complémentaires

Aris KEPHALIACOS, Professeur des Universités, à l’Ecole Nationale de Formation Agronomique de Toulouse – Rapporteur

Philippe MERAL, Directeur de Recherche, à l’Institut de Recherche pour le Développement, Montpellier – Rapporteur

Denis REQUIER-DESJARDINS, Professeur des Universités, à l’Université de Toulouse 1 Capitole – Directeur de thèse

Géraldine FROGER, Maître de Conférences, Habilitée à diriger des Recherches, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Examinatrice