Accès direct au contenu

Dans :


Imprimer la page
impression pdf

Site institutionnel > Toute l'actualité > les brèves

Rejoignez la communauté i-Share de l'UVSQ !

Plus de 800 étudiants de l’UVSQ ont déjà complété le questionnaire en ligne i-Share. Alors, pourquoi pas vous ?

Rejoignez la communauté i-share de l'UVSQ
i-Share est la plus grande étude scientifique jamais réalisée sur la santé des jeunes.

C'est une recherche publique. Les données que vous partagez restent totalement confidentielles.

En participant vous en saurez plus sur vous-même et vous améliorerez la santé de tous.

Alors rejoignez-nous !



A propos de l'enquête i-share

Depuis la rentrée 2013, des étudiants-relais sillonnent les campus de l'UVSQ, tablettes à la main. Ils proposent à leurs camarades de licence de participer à l’enquête épidémiologique i-Share. Une enquête épidémiologique ? Comme la science qui étudie la fréquence, la répartition et les déterminants des états de santé et des maladies d'un groupe donné : les étudiants, par exemple. I-Share est une première mondiale, financée par les Investissements d'avenir à hauteur de 8 millions d'euros.

« I-Share est destinée à fournir la pièce du puzzle manquante, sur une population dont on connaît mal les problèmes de santé : les jeunes. Nous avons déjà de vastes cohortes à vocation générale, comme Constances [qui est aussi une initiative de l'UVSQ] ; la cohorte 3C sur la maladie Voir le portrait vidéo de Didier Guillemotd’Alzheimer ; Elfe, qui suit les enfants depuis leur naissance… mais sur les maladies et les dangers qui concernent les jeunes, trop peu de choses. Nous avons choisi de nous concentrer sur les étudiants, et pour commencer, sur ceux de nos universités de rattachement » explique Didier Guillemot, qui coordonne i-Share à l’UVSQ avec Elisabeth Delarocque-Astagneau, médecin épidémiologiste et chercheur à l'Institut Pasteur comme lui. Il a lancé ce projet avec un collègue professeur d'épidémiologie à l’université de Bordeaux, Christophe Tzourio. Ensemble, ils font appel à toutes les bonnes volontés, des étudiants comme des enseignants et personnels, pour rassembler suffisamment de réponses.

Le premier objectif d’I-Share est de rassembler « des données précises sur la fréquence et les conséquences de certaines maladies et infections, l’alimentation, la consommation de médicaments… L’étude permettra aussi de tester des stratégies de prévention ou de prise en charge pour aider à la planification en santé publique » précise Christophe Tzourio. A Bordeaux, le recrutement des étudiants a commencé en mars. A ce jour, un millier d’étudiants ont déjà répondu à l’appel.

Les étudiants qui acceptent de participer commencent par consacrer une trentaine de minutes à remplir un questionnaire : ils décrivent les problèmes de santé qu’ils rencontrent, mais aussi leur alimentation, leurs activités, leur consommation de médicaments ou d’autres substances… Un questionnaire strictement confidentiel, secret médical et contrôle de la Cnil oblige. Il sera suivi d’un premier bilan médical. Si l’étudiant est en parfaite santé, il se contentera de continuer de répondre, une fois par an, à un questionnaire. « Bien entendu, on ne peut pas obliger les étudiants à nous donner des nouvelles tous les ans, surtout une fois qu'ils auront quitté l'université. Mais nous aurons les meilleurs résultats si la majorité d'entre eux reste en contact avec nous », ajoute Didier Guillemot. Pour cela, rien de tel qu'un site Internet accessible de tous les lieux où les étudiants poursuivront leur parcours et parfaitement sécurisé pour garantir l'anonymat des données.

Lire les objectifs d'i-Share sur le site
Lire les objectifs de recherche d'i-Share sur le site officiel

Certaines pathologies intéressent particulièrement les chercheurs : les migraines, les infections sexuellement transmissibles, la santé mentale et les conduites à risques… Les équipes solliciteront certains étudiants pour qu’ils participent à des études plus précises. « Par exemple, en ce moment, nous souhaitons savoir quels sont les différents types de papillomavirus humains qui circulent depuis l’introduction du vaccin, explique Elisabeth Delarocque-Astagneau. Nous avons conçu une étude avec le Centre national de référence des papillomavirus humains à l'institut Pasteur. Mais avant de la mettre en place, nous allons donc commencer par demander à 50 étudiantes si elles veulent bien participer à une étude-pilote, afin de nous assurer que les étudiantes acceptent les prélèvements, que les questionnaires sont clairs... »

« Qu’est-ce qu’on y gagne ? » demandent fréquemment les étudiants. La fierté de contribuer à une grande enquête scientifique, de participer à une aventure collective, de profiter d’animations et de jeux concours organisés par l’équipe i-Share tout au long de l’année, répondent les chercheurs. Et bien sûr, une meilleure connaissance de leur état de santé, individuel et collectif.

Informations complémentaires :

Vous trouverez de nombreuses informations, vidéos et témoignages sur le site www.i-share.fr.
Retrouver i-Share sur Facebook et sur Twitter @iShare_etude

Dernière mise à jour de cette page : 25 mars 2016


Informations pratiques

Publié jeudi 9 juillet 2015

UVSQnews, un rendez-vous régulier avec toutes les infos de l'Université

Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

outils accès dossiers réseaux logo_uvsq