Vous êtes ici : UVSQ RechercheDoctorat

Vers une économie écologique appliquée aux pays en développement

Par Monsieur Philippe MERAL Discipline : SCIENCES ECONOMIQUES

Résumé : Le travail présenté ici porte sur la manière dont l'économiste de l'environnement aborde la problématique du développement durable dans les pays en développement. En raison du retour actuel à des politiques de conservation mettant en avant les paiements pour services environnementaux, l'économiste est interpellé afin d'évaluer monétairement les coûts et les avantages de l'extension des aires protégées. Si cette démarche est centrale, elle ne doit pas se limiter à une approche purement comptable de la gestion durable de l'environnement. Il convient dès lors de faire le lien entre ce besoin d'indicateurs économiques pour l'aide à la décision et la complexité des rapports nature / société dans les pays en développement.

Après avoir retracé mon parcours scientifique depuis 1992, j'insiste sur trois dimensions importantes du développement durable pour l'économiste de l'environnement : la complexité, la multidimensionnalité et l'équité. Ces trois dimensions sont analysées au regard de mes propres travaux de recherche. Par la suite, en prenant appui sur le cas de Madagascar, je définis les contours d'un programme de recherche en deux axes : d'une part, l'analyse économique des politiques environnementales en insistant sur cette apparente opposition entre conservation et développement, d'autre part, les innovations en matière d'évaluation de ces mêmes politiques. Sur ce dernier point, je suggère de mieux appréhender les logiques transcalaires (rôle des acteurs internationaux et gouvernance des filières de valorisation notamment) et la complexité du fonctionnement des sociétés rurales.

Abstract : The work presented here concerns the economic approach of sustainable development in developing countries. Because of current conservation policies advancing payments for environmental services, the economist is called to calculate costs and benefits of the extension of the protected areas. If this work is useful, it remains problematic to limit the economic analysis to a such accounting approach. It seems necessary to link this need of economic indicators for decision-makers and the complexity of rural living conditions together.

Having redrawn my scientific route since 1992, I draw attention to three dimensions of the economic approach of sustainable development: complexity, multidimensionnality and equity. These three dimensions are analyzed towards my own research works. Afterward, by taking support on the case of Madagascar, I define the outlines of a new research program in two ways: on one hand, the economic analysis of the environmental policies by insisting on this so-called opposition between conservation and development; on the other hand, the improvement in evaluation of these same policies. On this last point, I suggest to examine the transcalar approachs (role of the international actors and governance of the value chains for instance) and the complexity of rural societies.
Informations complémentaires

Jean-Marie BOISSON, Professeur des Universités, à l'Université de Montpellier 1 - Rapporteur Jean-Luc DUBOIS, Directeur de recherche, à l'Institut de Recherche pour le Développement et à l'Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines - Rapporteur Jean-Pierre REVERET, Professeur, à l'Université de Montréal, Canada - Rapporteur Sylvie FAUCHEUX, Professeur à l'Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines - Examinateur Emmanuel FAUROUX, Directeur de recherche, à l'Institut de Recherche pour le Développement, Paris - Examinateur Denis REQUIER-DESJARDINS, Professeur à l'Institut d'Etudes Politiques de Toulouse - Tuteur