Vous êtes ici : UVSQ RechercheActualités de la recherche | Innovation

Eco2Charge, un projet R&D pour accélérer la mobilité électrique

Actility, Alstom, Bouygues énergies & services, CEA, Embix, Nexans, Renault et l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines se sont associés dans le projet Eco2Charge pour accélérer le déploiement de bornes de recharge des véhicules électriques, notamment dans les bâtiments. Deux chercheurs de l’UVSQ y ont pleinement participé.

le 18 septembre 2014

Répondant à une problématique d’usage et à un enjeu énergétique fort, Eco2Charge se distingue par la conception de solutions innovantes et l’intégration des infrastructures dans un système global de gestion des énergies du bâtiment. La prise en compte des attentes des utilisateurs de véhicules électriques et des exploitants des bâtiments fait aussi partie des défis de ce projet.

Amélie Coulbaut-Lazzarini et Thibault Danteur, chercheurs au REEDS, ont étudié de près les comportements des usagers pour permettre de créer un système facile d’utilisation offrant un haut niveau de service et pour donner confiance aux utilisateurs.
« L’usage du Véhicule Electrique (VE) en France, à l’heure actuelle, est encore restreint et se fait surtout par le biais de flottes de véhicules en auto-partage, comme Autolib à Paris par exemple, ou en usage professionnel », explique Thibault Danteur.
« S’agissant de notre enquête au sein d’Eco2Charge, nos premiers résulats tendent à corroborer ceux de diverses recherches, études et expérimentations menées en Europe et aux Etats-Unis notamment. En bref, le frein principal qui est le plus souvent mis en avant et étudié se situe au niveau de l’autonomie. Cette question pose problème autant aux concepteurs de VE qu’à leurs usagers. En effet, il apparaît que même lorsque l’utilisation effective du VE correspond largement aux capacités du véhicule, l’autonomie demeure au cœur d’angoisses importantes pour les usagers, notamment néophytes. Cela entraîne des conséquences négatives, comme des recharges irrationnelles nocives en termes de consommation d’énergie, mais encore constitue un frein évident au développement des ventes de véhicules ».

Quelques données et informations sur la recherche Eco2Charge
Méthodologie de l’enquête
Il s’agit d’une recherche associant méthodes quantitatives (questionnaires) et qualitatives (entretiens). Notre protocole est à la fois itératif (les données sont remises à jour à mesure que l’échantillon grandit et les passations sont réitérées à mesure que l’expérimentation progresse) et comparatif (dans le temps via les différentes vagues de questionnaires ou d’entretiens, et dans l’état en comparant les sites de l’expérimentation avec des sites contrôles). 
La population se compose d’utilisateurs de VE fréquentant les points de recharge des sites industriels de l’expérimentation (au 1er juin, uniquement Renault).

Données préliminaires
[legende-image]1262860943607[/legende-image] Description de la population
Le répondant idéal-typique se situe, en termes d’âge, entre 40 et 50 ans (39,2% des répondants), les 30-50 représentant fort logiquement, compte-tenu des données nationales de l’emploi, plus de 70% de l’échantillon. En termes de logement, il réside à plus de 80% au sein d’un habitat individuel, de type pavillonnaire. Par ailleurs, il est intéressant de constater que près de 57% des répondants sont utilisateurs depuis 12 à 24 mois, ce qui place la majeure partie de notre échantillon parmi la catégorie des utilisateurs pionniers (lead users). Enfin, pour achever ce portrait robot de notre répondant idéal-typique, il est à noter qu’il est très majoritairement propriétaire de son VE (71, 8% des répondants) et qu’il est, pour près de la moitié de notre échantillon, utilisateur d’une Renault Zoé (49,4%).

[legende-image]1262860943607[/legende-image] Usage du VE
En ce qui concerne les modalités d’utilisation du VE, si une large majorité des répondants (73, 8%) n’utilise le VE qu’occasionnellement dans le cadre de son activité professionnelle, ils sont toutefois 92,5% à l’utiliser plusieurs fois par semaine afin de se rendre sur leur lieu de travail. Par ailleurs, une très forte majorité d’entre eux utilisent fréquemment leur VE dans le cadre de déplacements privés (hors travail), que ce soit en semaine (80% des répondants) ou le week-end (83, 8%). On constate ainsi que la majorité des utilisateurs interrogés (36,3%) effectue entre 50 et 75 kms quotidiennement, ce qui est déjà un résultat assez remarquable. Mais surtout, on s’aperçoit, qu’en cumulé, 62, 6% des utilisateurs effectuent au moins 50 kms et jusqu’à plus de 100 par jour, ce qui témoigne d’une bonne gestion de l’autonomie. Cette efficacité kilométrique est atteinte par l’adoption progressive de réflexes et habitudes propres à améliorer encore les performances : ainsi près de 57% des répondants affirment moduler leur utilisation de certains équipements électroniques afin de maximiser leur autonomie. Par ailleurs, 96% d’entre eux expliquent avoir adopté une ou des nouvelles habitudes en lien avec l’utilisation de leur VE en vue de gérer au mieux leur autonomie, dont 26,6% qui expliquent avoir modifié leur style de conduite.