Vous êtes ici : UVSQ RechercheActualités de la recherche | Innovation

Première convention nationale des SATT : un grand pas vers la valorisation de la recherche et de l’innovation

Le 25 novembre 2014, Geneviève Fioraso, Secrétaire d’État chargée de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, Louis Schweitzer, Commissaire général à l’investissement, et Pierre-René Lemas, directeur général du groupe Caisse des Dépôts, ont ouvert ce jour la première convention nationale des Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologies (SATT), créées dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA).

le 25 novembre 2014

Lancé à l’initiative de l’association des SATT, ce premier évènement d’envergure nationale a été l’occasion de réunir tous les partenaires des SATT pour sensibiliser, à la lumière de leurs premiers résultats, les chercheurs dans les universités et organismes de recherche ainsi que les acteurs du monde socio-économique aux enjeux de la valorisation des innovations et du transfert de technologies.

[legende-image]1262860943607[/legende-image] Les SATT, un dispositif innovant au service de la valorisation de la recherche
Issues du PIA, les SATT interviennent pour simplifier, accélérer et faciliter le transfert de technologies et de connaissances de la recherche publique vers les entreprises de toute taille, dans tous les domaines de la connaissance.
L’objectif est de créer de la valeur économique à partir des résultats de la recherche académique et être un accélérateur de la création d’emplois en favorisant l’émergence d’activité ou d’entreprise nouvelle. Dans le cadre de leur mission de transfert de technologies, les SATT ont accès aux compétences et aux inventions des chercheurs publics basés sur leur territoire. Elles protègent leurs inventions et portent le risque technologique et financier inhérent à ces projets.
 
Les 14 SATT créées à ce jour disposent d’un fonds de maturation de plus de 850 millions d’euros[1] qui seront versés en 3 tranches sur une période totale de 10 ans après évaluation continue de la performance de chacune. Ce fonds permet de financer la création et le fonctionnement des SATT ainsi que leurs investissements : une part importante est affectée à leurs missions de maturation et de preuve de concept ainsi qu’à la commercialisation des solutions technologiques.
En termes d’emplois directs, les 14 SATT représentent près de 360 personnes  spécialisées en propriété intellectuelle, en ingénierie de projets technologiques, en  droit, en marketing et en développement commercial.

[legende-image]1262860943607[/legende-image] Les premiers résultats en matière d’innovation technologique au rendez-vous
Les SATT enregistrent collectivement des premiers résultats encourageants avec déjà près de 70 millions d’euros investis. Aujourd’hui, ce sont près de 2 900 projets détectés, 540 brevets déposés, plus de 140 licences d’exploitation[2] conclues avec des entreprises françaises et une quarantaine de start-ups qui ont bénéficié d’une accélération de leur développement[3].
Parmi les nombreux exemples, 3 technologies ont été présentées lors de la convention nationale :
[legende-image]1262860943607[/legende-image] La technologie d’imagerie « Terahertz », bénéficiant du soutien de la SATT AxLR, qui trouve des applications, notamment dans le domaine médical pour diagnostiquer le cancer de la peau ;
[legende-image]1262860943607[/legende-image] Le développement et la commercialisation d’un algorithme de détection de flou le plus rapide au monde, accompagné par la SATT IDF INNOV et qui, à terme, pourra révolutionner la numérisation des supports ou le monde de la photographie ;
[legende-image]1262860943607[/legende-image] Le développement d’une technologie NFC (Near Field Communication) soutenue par la SATT AQUITAINE SCIENCE TRANSFERT, qui permet l’interactivité avec un smart phone sans connexion filaire, d’une carte de transport (type pass navigo), des cartes d’accès (entreprise, restaurant …), etc.

L’ancrage territorial des SATT confère aux entreprises un accès direct aux dernières innovations dans tous les domaines et en lien avec les filières industrielles porteuses, en particulier celles construites sur les technologies du numérique, les biotechnologies et dispositifs médicaux ou encore l’énergie.
Dans une économie mondiale marquée par la concurrence internationale de plus en plus vive, la France soutient plus que jamais la création d’emplois durables, générateurs de produits et services innovants, porteurs à l’exportation grâce à la compétitivité par la qualité. 

Rappelons que l’UVSQ fait partie de la SATT Paris-Saclay, créée en juillet 2014
.
Dotée de 62,7 M€ (capital social détenu à 33 % par la Caisse des Dépôts et à 67 % par les autres actionnaires(3) et comptes courants d’associés), la SATT Paris-Saclay permet de valoriser l’important potentiel de recherche présent sur le territoire de l’Université Paris-Saclay, avec près de 300 laboratoires de recherche dans toutes les disciplines, au cœur d’un écosystème constitué d’universités, d’écoles, de grandes entreprises industrielles, de PME innovantes et de start-up. Ses champs thématiques prioritaires sont : mathématiques, technologies de l’information et de la communication, nanotechnologies, physique, chimie, optique, écotechnologies, énergie et biotechnologies.
Le premier appel à projets Maturation de la SATT Paris Saclay a été lancé à la fin du mois d’octobre.
Informations complémentaires
En savoir plus
> Consulter le communiqué de presse
> Appel à projets Maturation de la SATT Paris Saclay
Contacts presse
Cabinet de Louis SCHWEITZER : 01 42 75 64 43
Groupe Caisse des Dépôts : 01 58 50 40 00