Vous êtes ici : UVSQ RechercheActualités de la recherche | Innovation

Comprendre la guerre pour faire la paix. Qu’avons-nous appris 100 ans après le traité de Versailles ?

le 20 juin 2019

Le jeudi 20 juin 2019
UVSQ
Amphithéâtre 2
Faculté de Droit et Science politique
3 Rue De La Division Leclerc
78280 Guyancourt

Thomas Lindemann, enseignant-chercheur au Centre de recherches Versailles Saint-Quentin Institutions publiques, fera l'introduction de ce colloque de l’Ecole Polytechnique et de l’Université de Caen, autour de la thématique des politiques de prévention de la guerre.

L’étude sur les causes et raisons de la guerre a fait des progrès notables durant ces dernières décennies, dans le cadre de la littérature sur les relations internationales. Un grand nombre de chercheurs se concentrent sur les «causes profondes » de la guerre comme les (dés)équilibre de pouvoir, les transitions de puissance, les systèmes d’alliances, les types de régime –  démocratique ou autoritaire, les identités partagées, les humiliations passées, les routines organisationnelles, les rivalités bureaucratiques, ou encore l’existence d’un complexe militaro-industriel. Si ces approches sont pertinentes pour comprendre les conditions des conflits internationaux, elles suggèrent, lorsqu’elles sont poussées à l’extrême, de comprendre la guerre comme un résultat inévitable de forces structurelles, se situant au-delà de la maîtrise humaine.

Contrairement à ces perspectives souvent déterministes de la guerre, nous consacrerons dans ce colloque notre attention prioritaire aux « variables » d’action qui façonnent le déclenchement des conflits internationaux.  Quel type d’action est susceptible dans un contexte donné de stimuler l’escalade et quel autre est susceptible de l’apaiser ?  Nous examinerons cette question à la fois sous un angle théorique fondé sur la synthèse des travaux existants, puis nous concrétisons et appliquerons cette perspective à l’étude des relations entre la France, l’UE et la Russie.  
 
Une première partie de cette journée fera un bilan des travaux existants sur les politiques de prévention de guerre. Par exemple, quelles sont les mérites et les limites des politiques visant à empêcher un agresseur potentiel via une politiques « punitive » via la dissuasion ou les sanctions économiques et symboliques ? Dans quel autre contexte une politiques incitatrice envers l’agresseur potentiel, une politique de réassurance, d’incitation économique ou encore de « reconnaissance » est-elle couronnée de succès dans le cadre de politiques de pacification ? Enfin, y a-t-il des mélanges entre politiques punitives ou incitatrices qui sont particulièrement susceptibles de conduire au conflit armé ou au contraire de l’éviter, voire de promouvoir une paix durable ?  L’objectif de ce premier volet est moins de proposer de nouvelles théories que de faire un bilan de ce que l’on sait d’après des décennies de travaux ; par exemple, le consensus relatif sur l’inefficacité des sanctions économiques. On évoquera aussi des sujets qui restent ouvert à la discussion (notamment les vertus et limites des politiques dissuasives).
 
Le second volet de la journée appliquera ces perspectives aux relations entre la France et la Russie. Les questionnements seront les suivants : quelle a été la politique française et de l’UE envers la Russie pour éviter les conflits armés ? Quelles ont été les cartes mentales des décideurs français concernant la Russie ? Quel a été l’impact de ces politiques française et européenne sur la politique russe, notamment en Géorgie en 2008 ou en Ukraine en 2014 ? Idéalement, nous aimerions proposer des politiques alternatives à celle de la France envers la Russie, en s’inspirant aussi des expériences de l’Ostpolitik. Ce deuxième volet du colloque doit aussi servir à construire un pont entre le monde académique et le monde des praticiens.

Programme
10:00-10:15 Introduction. Les politiques de prévention de la guerre
Thomas Hippler (Université de Caen)/Thomas Lindemann (Ecole Polytechnique/UVSQ)
10:15-11:30 Comprendre la guerre pour la prévenir
1. Les études quantitatives de la guerre Vincent Stüber (Université Heidelberg) Jason Frantz (Université Heidelberg)
2. Les limites de la dissuasion nucléaire Benoit Pelopidas (Sciences Po Paris)
3. Les limites de la dissuasion (Franca Loewener (Lille II)

11:30-11:45 Pause café

11:45-13:00 Les politiques de prévention de la guerre
1. Les politiques de médiation Milena Dieckhoff (Université Clermont Ferrand).
2. Les politiques de mémoire (Eric Sangar, Sciences Po Lille))
3. Les politiques de reconnaissance (Omar Layachi, Ecole Polytechnique)

13:00-14:30 Déjeuner

14:30-15:30 Cent ans après : les leçons de Versailles
1. Les leçons de Versailles et l’échec de multilatéralisme Delphine Placidi (Université Paris-Sud)
2. De Versailles I à Versailles 2 Adrien Fauve (Université Paris-Sud)

15:30-15:45 Pause café

15:45-17:00 Les politiques de prévention de la guerre de la France et l’UE envers la Russie
1. Les politiques de prévention de l’UE envers la Russie et ses motivations Nicu Popescu (ECFR Paris)
2. L’impact de ces politiques sous le comportement sécuritaire de la Russie sous Poutine I et Poutine II Isabelle Facon (FRS Paris).
3. Vers une nouvelle Ostpolitik Regina Heller (IFSH, Hamburg)
Discutant : Gaidz Minassian (Le Monde)