Vous êtes ici : UVSQ RechercheDoctoratSoutenances de thèse

"Une approche de l'aide publique au développement par le biais de ses objectifs chiffrés : examen de la définition des objectifs comme facteur explicatif de leur non réalisation" par Miriam Cué Rio

Discipline : Sciences économiques, laboratoire : CEMOTEV-Centre d'Etudes sur la Mondialisation, les Territoires et les Vulnérabilités

Résumé :
Le premier objectif d’aide chiffré fut adopté en 1970, dans un contexte international marqué par d’intenses préoccupations redistributives entre le Nord et le Sud. L’adoption des OMD est venue raviver l’intérêt pour les objectifs chiffrés de l’APD. Le 0,7 %, qui constituait le seul objectif international pour le volume de l’APD, coexiste dès lors avec d’autres objectifs adoptés au cours de la dernière décennie. Ces objectifs présentent une caractéristique commune: leur défaut de réalisation.
Il semble couramment admis que la principale raison pour laquelle ils ne sont pas satisfaits est l’absence de volonté politique des pays donneurs. Cette thèse s’attache à identifier d’autres éléments, plus tangibles, qui puissent expliquer les raisons pour lesquelles ces objectifs ne sont jamais atteints. Notre démarche consiste à interroger la définition même des objectifs, en effectuant une lecture critique de ses éléments constitutifs: l’indicateur de référence, i.e. l’APD, les cibles quantitatives et la nature de l’engagement des pays donneurs.
Nous concluons que les objectifs d’aide chiffrés, tels qu’ils sont définis, n’ont pas pour vocation première d’être réalisés. Leur rôle principal est d’inciter les pays donneurs à ne pas relâcher leurs efforts sur le volume d’APD. Ainsi, une partie de l’explication de leur non réalisation est inhérente à leur définition. Cette conclusion contribue à expliquer pourquoi leur défaut de réalisation se perpétue au fil du temps : les objectifs portent en eux-mêmes le germe de leur non réalisation. Qui plus est, ils se situent à la base d’un système autoentretenu qui contribue à enfermer l’APD dans une logique qui a largement montré ses limites.

Abstract:
The first quantitative goal for official development assistance was established in 1970, in a world strongly influenced by redistribution concerns between Northern and Southern countries. The adoption of the Millennium Development Goals renewed the interest in quantitative ODA targets. Other goals, adopted during the last decade, added to the 0.7%, which until then stood for the unique reference for ODA volume. These goals share one common characteristic: their non-accomplishment.
It is commonly assumed that the non-accomplishment of the goals is mainly due to donor countries’ lack of political will. In this thesis, we attempt to identify more tangible reasons which could explain repetitive failure in fulfilling the goals. For this purpose, we examine the definition of the goals themselves through a critical reading of its constituent elements: its reference indicator, i.e. ODA, its quantitative targets and the nature of donor countries’ commitments.
We conclude that quantitative ODA goals, as they are defined, are not intended to be reached. Their first purpose is to act as an incentive for donor countries to raise efforts on ODA volume. This means that, at least partly, the definition of the goals accounts for their non-accomplishment. It also explains why failure in meeting the goals persists over time: the goals carry inherently the seed for their subsequent failure. Furthermore, they confine ODA into a logic that has widely proved ineffective.
 
Informations complémentaires
Jean-Jacques GABAS, Maître de Conférences, HDR, à l’Université de Paris Sud, Orsay – Rapporteur
Serge SVIZZERO, Professeur des Universités, à l’Université de La Réunion, Saint-Denis de la Réunion - Rapporteur
Jacques CHARMES, Directeur de Recherches Emérite, à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Paris – Directeur de thèse
Jean CARTIER-BRESSON, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Examinateur
Philippe HUGON, Professeur Emérite, à l’Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, Nanterre – Examinateur
Contact :
DREDVal Service FED :