Vous êtes ici : UVSQ RechercheActualités de la recherche | Innovation

Le phénomène criminel vu sous toutes les coutures

Le 15ème colloque de l’association internationale des criminologues de langue française (AICLF) qui se déroule à Versailles sur le campus des sciences de l’UVSQ s’achève aujourd’hui. Ce grand rendez-vous des spécialistes de la criminologie est organisé cette année par le Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP), un laboratoire de l’UVSQ*. Il réunit des chercheurs issus des sciences humaines ou des sciences dures. Un bel exemple d’échanges pluridisciplinaires.

Ils viennent du Maghreb, du Canada, de Belgique ou encore de Suisse et ils ont en commun d’avoir pour langue de travail le français. Les 160 chercheurs spécialistes de la criminologie ont profité de leurs deux journées à Versailles pour échanger sur leurs travaux et partager leurs expériences. « Parmi les sujets émergents, il y a inévitablement celui de la radicalisation, constate André Lemaître, président de l’AICLF et professeur à l’Université de Liège en Belgique. Nous avons beaucoup de jeunes qui viennent présenter leurs recherches. C’est l’occasion pour eux de recueillir les réactions et avis des "Anciens". »

Une trentaine d’ateliers sont ainsi proposés autour de thèmes comme la criminalité transnationale, la cybercriminalité, la prévention de la récidive, la radicalisation et le terrorisme. « Ce qui est intéressant, c’est la palette des compétences représentées : sociologues, juristes mais encore chimistes, mathématiciens. Il y a de plus en plus de nouvelles disciplines qui questionnent la criminologie traditionnelle, explique Frédéric Ocqueteau, directeur scientifique du colloque. Il s’agit de répondre aux nouveaux défis dans un monde beaucoup plus ouvert. »