Vous êtes ici : UVSQ RechercheActualités de la recherche | Innovation

Le point sur la Covid19, entretien avec Mahmoud Zureik

le 16 novembre 2021

16/11/2021

Depuis mars 2020, Mahmoud Zureik, professeur d'épidémiologie et de santé publique à l'UVSQ, a beaucoup abordé la question de l’épidémie de Covid19.

Professeur à l’UFR Simone Veil – Santé à l’UVSQ en épidémiologie et santé publique, Mahmoud Zureik est également directeur d’Epi-Phare, le groupement d'intérêt scientifique en épidémiologie des produits de santé créé par l’Agence nationale de sécurité du médicament et l’Assurance maladie.

1/ Pouvons-nous faire un point sur cette 5e vague qui semble arriver d’Europe de l’Est en France ? 
« La situation en Europe s’est détériorée depuis le début du mois d’octobre, à commencer par les pays d’Europe de l’Est, puis d’Europe Centrale, et depuis trois-quatre semaines d’Europe de l’Ouest. Pas moins de 2 millions de contaminations ont été relevées en Europe la semaine dernière. Ce qui constitue le chiffre le plus élevé depuis le début de la pandémie et nous laisse penser que cette vague sera la plus importante. Des pays comme la Bulgarie, la Russie, la Pologne, mais aussi l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas et l’Autriche vivent une situation grave ces jours-ci. La France, comme l’Italie, se trouve actuellement dans une position intermédiaire, alors que l’Espagne et le Portugal restent un peu moins exposés bien que des frémissements commencent à se faire ressentir. Toutefois, lors de la 4e vague, on a assisté à un impact modéré sur les hôpitaux grâce au rôle bénéfique de la vaccination des populations qui les préserve des formes graves ».

2/ Un rappel vaccinal est désormais recommandé pour les sujets fragiles ou les personnes âgées. Ce rappel sera t’il généralisé ? Quid de Moderna qui n’est désormais plus recommandé aux sujets âgés de moins de 30 ans ? 
« Il a en effet été recommandé aux personnes âgées et aux sujets fragiles de faire un rappel, suite à la constatation de la baisse des anticorps neutralisants dans le temps depuis la vaccination et à la baisse (relative) de l’efficacité sur les formes graves. La dose de rappel pour ces sujets paraît nécessaire. 
Concernant les sujets moins âgés, il existe, à ce stade, peu d’études démontrant une baisse d’efficacité, aussi les données restent parcellaires. L’efficacité des vaccins à ARN messager comme Moderna et Pfizer n’est plus à démontrer sur les formes graves puisqu’elle s’élève à 90%. Toutefois, une étude d’Epi-Phare a révélé des problèmes cardiaques types myocardite ou péricardite peu fréquents et à évolution favorable sur des sujets de moins de 30 ans avec le vaccin Moderna. Dans la mesure où les deux vaccins sont aussi efficaces l’un que l’autre, il semble raisonnable de réduire le risque en recommandant Pfizer pour cette population. »

3/ La vaccination des 5-11 ans sera-t-elle également prochainement recommandée ? Suite aux préconisations afin de limiter la transmission du virus, où en est-on ?
« Pour ce qui est de la vaccination des 5-11 ans, il pourrait y avoir une logique à la mettre en place puisque même s’ils présentent peu de formes graves, ils sont vecteurs du virus. Aujourd’hui, la France se place en observatrice des deux pays qui ont instauré la vaccination des enfants, à savoir les Etats-Unis et Israël. Elle pourra ainsi juger de l’utilité et des bénéfices/risques de vacciner les enfants grâce au retour d’expérience sur un grand nombre, ce qui pourra révéler ce qu’un échantillon réduit (essai clinique) ne laisse pas apparaître.
Concernant l’application des recommandations, on a tardé à reconnaître les aérosols comme éléments importants de transmission pourtant prouvés par des études. Aussi, les préconisations liées à la qualité de l’air, l’aération, le réaménagement des lieux clos dans les écoles, les lieux de travail et les transports n’ont pas débouché aux améliorations et adaptations nécessaires. La communication à ce sujet doit être repensée. La prise en compte de cette modalité de transmission virale constituerait un outil complémentaire à la vaccination et une avancée majeure dans la maîtrise de la propagation du virus Covid19. »
Informations complémentaires