Accès direct au contenu

Dans :


Imprimer la page
impression pdf
Modifier la fiche

Site institutionnel > Formations et inscriptions > Notre catalogue de formations > Les masters > Masters

Master 2e année

Cette fiche est en cours d'actualisation et les informations seront disponibles très prochainement

Année universitaire 2017/2018

Master 2 Science politique, parcours Politiques de prévention et sécurité

Domaine(s)
Droit - Economie - Gestion

Informations générales


Mention(s) Science politique
Discipline(s) Science Politique
Durée des études
Composante(s) Faculté de droit et de science politique (DSP)
Guyancourt (Saint-Quentin-en-Yvelines)
Formation initiale oui
Formation accessible en formation continue oui
Langue(s) d'enseignement Français

  • Présentation
  • Inscription
  • Programme
  • Débouchés
  • Contacts
  • Afficher tout

Description et objectifs

Le master s'adresse aux étudiants soucieux d'acquérir un haut niveau d'expertise sur les conflits et politiques de sécurité et prévention de la violence. Les cours et séminaires proposés cherchent à mieux appréhender la pluralité des situations conflictuelles que ce soit sur le plan international (guerres ou pratiques « terroristes ») ou sur le plan local (violences délinquantes, sociales ou politiques). La formation vise également à comprendre comment les institutions publiques et privées  fabriquent des politiques internationales, nationales et locales de prévention-sécurité. Ce parcours comporte deux parcours « professionnel » et « recherche ». La voie « recherche » destine les étudiants aux métiers de la recherche et de l’enseignement à travers la préparation à une thèse de doctorat (réalisée au sein du Cesdip). La voie professionnelle prépare à une insertion directe dans le monde professionnel à travers une préparation aux métiers de la sécurité et de la prévention (responsable sécurité-prévention dans une collectivité locale ou de think tank des relations internationales, métiers d’ingénierie de la sécurité auprès d’acteurs publics ou privés, police, gendarmerie) mais également à des fonctions d’analyste (analyste risque-pays, chargés d’étude, etc.) dans des organisations privées et publiques. 

Spécificités de la formation

A l’issue de sa formation, l’étudiant doit être capable d’identifier et d’analyser les enjeux de sécurité et violence auxquels les institutions publiques (locales, nationales et internationales) ou les acteurs privés peuvent se trouver confrontés, proposer des solutions en terme d’action publique, intervenir dans le cadre des partenariats locaux de sécurité ou faire de l’analyse risque pays pour les étudiants ayant choisi des débouchés à l’international. Les étudiants doivent donc maîtriser des compétences spécifiques au domaine (connaissances théoriques et méthodologiques, principaux repères institutionnels) mais également des compétences plus transversales (savoir-faire dans la réalisation d’un diagnostic, capacité à travailler en équipe, prise de parole, etc.).

Compétences développées

A l’issue de la formation, les étudiants devront avoir deux types de compétences : d’un point de vue professionnel, ils devront pouvoir s’insérer dans un réseau professionnel, travailler en équipe sur des thèmes liés à la sécurité, bien connaitre les modes de fonctionnement des institutions locales, nationales ou internationales dans lesquelles ils seront amenés à évoluer. Le suivi de séminaires professionnels sur les métiers de la s&eacutu;curatfeacute;, les enjeux contemporains de la sécurité, les acteurs sociaux du vivre ensemble urbain, doit permettre de leur fournir une très bonne connaissance de ces milieux ainsi que des compétences professionnelles et en termes de savoir être.
Le deuxième type de compétences concerne la production concrète d’une plus-value analytique : savoir poser une réflexion, construire une problématique, poser les bonnes questions et apporter de bonnes réponses, écrire correctement et produire des synthèses lisibles, favoriser la diffusion et l’expression d’un savoir collectif, exprimer clairement ses positions… c’est tout un ensemble de compétences relevant à la fois d’un savoir-faire et d’un savoir être qui est proposé aux étudiants à travers des modes d’évaluation pluriels (dissertations, oraux, exposés, mémoires collectifs, ateliers de recherche, mémoires individuels de recherche ou rapport tutoré de stage, mise en situation et jeu de rôle…)
Une partie de ces compétences vient de la formation par la recherche (cf. supra). Maîtrise des techniques d’enquête, des données statistiques; travail en collectif, savoir-faire dans la conduite d’un diagnostic, présentation orale des résultats en utilisant l’outil informatique sont des compétences attendues dans ce cadre. Les lectures de texte et exposés en séminaire poursuivent des objectifs identiques : favoriser l’autonomie des étudiants (tout en les accompagnant), permettre une expression orale maîtrisée et professionnalisée.

Partenaires

Le Master est adossé au Cesdip (centre de recherche sur le droit et les institutions pénales, http://www.cesdip.fr). Ce laboratoire de recherche est l’un des pôles principaux de la recherche française et internationale autour des questions pénales et, plus largement de sécurité. Le Master bénéficie des nombreux contacts professionnels et académiques établis par les chercheurs et enseignants-chercheurs du Cesdip.
Le Master bénéficie en outre de liens avec de nombreuses organisations travaillant dans le domaine de la sécurité. Plusieurs de ses enseignants ont des contacts réguliers avec les ministères de l’intérieur (police et gendarmerie nationales), de la justice, de la ville ou encore avec le ministère de la défense. Le Master a également noué des liens forts avec le Forum français pour la sécurité urbaine (et également le Forum européen pour la sécurité urbaine), l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile de France. Il a des relations avec la RATP, la SNCF et de nombreux organismes HLM. Il est également en lien avec de multiples collectivités territoriales en Ile de France (Ville de Paris, Rueil-Malmaison, Saint-Quentin en Yvelines, etc.) et ailleurs (Marseille, Strasbourg, etc.). Enfin, il noue des relations avec des entreprises du secteur privé (Securitas, Trigion, etc.) ou avec des sociétés de conseil.

Echanges internationaux

Les étudiants peuvent procéder à des échanges, en profitant des conventions passées par la faculté. Nous incitons cependant nos étudiants à réaliser cette année à l’étranger au niveau du M1. Par ailleurs, les stages peuvent être réalisés à l’étranger en fonction des orientations professionnelles des étudiants. Le Master bénéficie également des réseaux de recherche internationaux des enseignants.

Conditions d'admission

La priorité est donnée aux étudiants ayant suivi le M1 Politiques de prévention et sécurité. afin de garantir une cohérence sur deux ans du parcours de formation. Le Master 2 accueille cependant des étudiants venant d’autres formations diplômés d’un M1. Trois critères sont essentiels : la qualité du dossier, une forte motivation pour travailler dans le domaine et une formation de sciences sociales préalables.
Les dossiers seront présélectionnés et seront suivis éventuellement d’une audition.

Pour l’année 2017/2018, la capacité d’accueil pour le parcours Politiques de prévention et sécurité est de 20 à 25 étudiants.

Inscription en formation continue

Le Master accueil des étudiants en formation continue très régulièrement. Il peut s’agir de professionnels travaillant dans le domaine ou d’autres secteurs. Le Master accueille des étudiants en formation continue par la voie de la VAP. Il propose des parcours spécifiques avec aménagement d’horaires pour les étudiants en formation continue.
Par ailleurs, les enseignants du Master ont créé un Diplôme Universitaire « sécurité et vie urbaine » (en partenariat avec le Forum français pour la sécurité urbaine) qui s’adresse à des professionnels. Les liens entre le Master et le DU sont très forts : le DU renforce le réseau professionnel du Master et le Master en formation continue accueille d’anciens étudiants du DU. 

Qui relève de la formation continue ?
- Les adultes en reprise d'études : toute personne engagée ou non dans la vie active et qui reprend des études (salariés du secteur privé : CDI, CDD, intérimaires, agents de la fonction publique, travailleurs non-salariés, demandeurs d'emploi indemnisés ou non)
- Les candidats aux formations en alternance sous contrat de professionnalisation

Les candidats ressortissants d'un pays membre de l'Union Européenne, de l'Espace Economique Européen ou de la Confédération Suisse, résidents ou non-résidents ont accès de droit à la formation professionnelle continue.

Les candidats ressortissants d'un pays tiers, résidents ou non-résidents, doivent détenir un titre de séjour qui les autorise à accéder au marché du travail français pour pouvoir bénéficier de la formation professionnelle continue (ainsi les non-résidents ou résidents en France avec un visa étudiant ne relèvent pas de la formation continue).

Comment candidater ?
1. Vérifiez que vous avez le niveau ou diplôme universitaire requis pour accéder à la formation.
. Voir conditions d'admission définies ci-dessus.
. Si tel n’est pas votre cas, vous devez faire une demande d’accès dérogatoire aux conditions d'admission en formation en joignant le dossier VAPP (validation des études, expériences professionnelles ou acquis personnels) à votre dossier de candidature.
Téléchargez le dossier VAPP

2. Renseignez et retournez le dossier de candidature :
Téléchargez le dossier de candidature et retournez-le, par courrier, complété et signé au Pôle formation continue.

Comment financer sa formation ?
Consultez notre page dédiée aux financements.

Accompagnement à la Reprise d'Etudes (ARE)
Adultes en reprise d’études, la DREP-FC vous propose un dispositif d’accompagnement et d’aide à la réussite.


Vous souhaitez obtenir ce diplôme par la Validation des Acquis de l'Expérience ?
Validation d’acquis professionnels pour la délivrance du diplôme - VAE :
Toutes les informations sur notre page dédiée Validation des Acquis.

Contact pôle formation continue

Contenu de la formation

Les cours ont lieu entre septembre et février. A partir du mois de mars, le temps est consacré au mémoire (pour les étudiants en voie recherche) et au stage (pour les étudiants en voie professionnelle).

Semestre 5

Cours obligatoires (6 cours, 18 ECTS)
Violence et politique, 18 h, 4 ECTS
Politiques publiques de sécurité, 18 h, 2 ECTS
Sociologie de la police, 18 h, 4 ECTS
Surveillance et sécurité, 18h, 4 ECTS
Sociologie des conflits armés, 18h, 4 ECTS
Séminaire méthodologique, 24 h,

Cours à option (4 parmi 6 proposés, 12 ECTS)
Contrôle des migrations, 18h, 3 ECTS
Sociologie des institutions pénales, 18h, 3 ECTS
Espace public et sécurité, 18h, 3 ECTS
Analyse de risque pays, 18h, 3 ECTS
Crises et organisations internationales, 18h, 3 ECTS
Négociation internationale et sortie de conflits, 18h, 3 ECTS

Semestre 6

Cours obligatoires
Théories sociologiques du crime 18 h – 4 ECTS
Métiers de la prévention et de la sécurité 48 h – 4 ECTS
Simulation 12h – 2 ECTS
Projet collectif  12h -  5 ECTS

Travaux personnels
- 23 ECTS
Mémoire ou rapport de stage - 15 ECTS


 

Contrôle des connaissances

Le tableau récapitulatif des modalités de contrôle est voté tous les ans en composante puis en CEVU et CA. Il permet à l’équipe pédagogique d’adapter l’évaluation aux résultats constatés l’année précédente. Les enseignants sont libres de fixer les modalités d’évaluation de leur cours. Ci-dessous le texte adopté en conseil de faculté réglant le contrôle des connaissances :


Article 1 : L’obligation d’assiduité aux enseignements s’applique aux Masters 2. Un étudiant qui ne satisferait pas à cette obligation d’assiduité, pouvant être contrôlée dans chaque enseignement, s’expose à son exclusion du Master ou à l’interdiction de se présenter aux examens. 
Article 2 : Les modalités de contrôle des connaissances validant chaque UE sont laissées à l’appréciation de chaque responsable d’enseignement qui peut proposer une note de contrôle continu ou de contrôle terminal. La note obtenue est définitive et valide l’UE ; elle n’est pas susceptible d’être modifiée lors d’une seconde session d’examen, non prévue dans le présent texte.
Article 3 : Pour l’option recherche, un mémoire donne lieu à une soutenance devant un jury d’au moins deux personnes avant la première session ou avant la seconde session de délibération. Pour l’option professionnelle, une soutenance de rapport de stage s’effectue dans les mêmes conditions.
Article 4 : La délibération de la première session a lieu au début du mois de juillet ; la délibération de la seconde session a lieu avant la rentrée de la prochaine promotion c’est-à-dire avant le 30 septembre. Les étudiants qui ont validé toutes leurs UE et soutenu leurs mémoires avant le début juillet sont déclarés diplômés du Master en session 1 s’ils obtiennent une moyenne générale supérieure à 10/20. Les étudiants qui n’ont pas terminé leur mémoire ou validé toutes leurs UE à cette date peuvent le faire avant la fin septembre, dans les mêmes conditions, et obtenir ainsi leur diplôme « à la seconde session ».
Article 5: Le redoublement en Master 2 est possible, mais il n’est pas de droit. Il est laissé à l’appréciation de la direction du Master qui se prononcera à l’issue de la seconde session. Si le redoublement est accepté, l’étudiant peut bénéficier du report de ses notes supérieures à 10/20, s’il en a fait la demande au moment de sa réinscription.

Stage

Les stages sont d’une durée de 3 mois minimum, mais les responsables du Master encouragent des stages plus longs - 6 mois -. Les stages sont suivis par l’un des enseignants du Master, sont soutenus en compagnie du tuteur professionnel. Nous veillons particulièrement au retour par la structure d’accueil. Le rapport de stage comporte outre le récit des missions, et l’analyse critique du travail réalisé, une partie plus approfondie dans laquelle l’étudiant analyse de façon plus approfondie l’un des aspects de l’activité liée à son stage.

Calendrier(s)

Les cours ont lieu de septembre à février. Les autres mois sont consacrés aux stages et mémoires.

Perspectives professionnelles

- Responsable sécurité-prévention dans une collectivité territoriale,
- Chargé d’étude ou de mission sécurité, prévention-sécurité,
- Chargé d’étude think tank des relations internationales,
- Conseils sécurité et prévention,
- Métiers du régalien : gendarmerie, police nationale, armée,
- Analyste risque-pays.

Pour plus de précisions, téléchargez la fiche poursuite d'études et devenir professionnel pour les M2 Recherche 2013 [PDF - 155 Ko] et la fiche devenir professionnel pour les M2 Pro 2013 [PDF - 400 Ko].

Poursuites d'études à l'UVSQ

Le Master Politiques de prévention et sécurité est très lié à deux Masters de l’UVSQ : carrières judiciaires (préparant aux concours du judiciaire) et carrières publiques (préparant aux concours de police). Nous encourageons les étudiants les plus orientés vers les concours à poursuivre le Master par l’un de ces deux Masters plus à même de les préparer au concours. Des relations très proches existent également avec le Master Gouvernance territoriale pour les étudiants souhaitant travailler dans le monde des collectivités territoriales.
 

Adresse et coordonnées

Faculté de Droit et Science politique
3 rue de la Division Leclerc
78280 GUYANCOURT
Standard : 01 39 25 53 13

Pour toute information d'ordre pédagogique ou de scolarité, contacter en priorité les enseignants responsables ou les secrétariats dont les coordonnées figurent ci-dessous.

Enseignants responsables
Jacques de Maillard : demaillard@cesdip.fr
Thomas Lindemann : lindemannt21@gmail.com

Secrétariat pédagogique
Katia Khelladi
Kathia.khelladi@uvsq.fr
Tél : 01 39 25 53 22

Direction des Etudes et de la Vie Universitaire (DEVU)
Service Orientation et Insertion Professionnelle
Tél : 01 39 25 56 10
orientationsqy.devu@uvsq.fr

Formation Continue
NN

Dernière mise à jour de cette page : 14 septembre 2017


Contrôles de connaissances

 

Recherche d'une formation

Recherche d'une formation

outils accès dossiers réseaux logo_uvsq