Vous êtes ici : UVSQ Vie de campusActualités de la vie étudiante

Portrait : Marine Le Guilloux, étudiante réserviste

le 1 avril 2019

2019

Étudiante en L1 Science politique à la Faculté de droit et de Science Politique, Marine Le Guilloux, témoigne de son engagement en tant que réserviste dans l’armée de l’air à la base aérienne 107 de Villacoublay.

Marine a participé à l'UE engagement au premier semestre.
Selon la définition du Ministère des Armées, « la réserve militaire est composée de citoyens volontaires qui s'engagent à servir dans la gendarmerie, l’armée de terre, l’armée de l’air ou la marine ».

Qui es-tu ? (Formations…)

Je m’appelle Marine Le Guilloux, j’ai 20 ans et je suis étudiante en L1 Science Politique à la Faculté de droit et de science politique. Après le bac, je ne savais pas quoi faire, alors je me suis inscrite en biologie. Mais, après avoir fait deux ans, je me suis rendue compte que cela ne me plaisait pas. Je me suis alors réorientée en science politique, pour la rentrée 2018-2019.

Comment devient-on réserviste ?

En février 2017, j’ai suivi la Préparation Militaire Initiale et de Perfectionnement à la Défense Nationale (PMIP-DN) sur la base aérienne 107 de Villacoublay. Durant 12 jours, en régime internat, on nous a dispensés différentes formations : présentation de la base et de ses missions, les techniques de combats, l’aspect juridique des opérations extérieures, les armes utilisées… Nous avons également appris les actes élémentaires du combattant comme la vie en communauté, la façon de se déplacer, les différents grades et le salut… Au cours du stage, on a visité plusieurs escadrons dont celui des hélicoptères et la fauconnerie.
En avril 2018, j’ai poursuivi avec la Formation Militaire Initiale du Réserviste (FMIR) dont la formation est plus axée sur le terrain. En effet, nous avons manipulé des armes lors d’exercice grandeur nature à l’intérieur du Fort, dans lequel nous avons passé les cinq jours de formation. Nous avons effectué différents parcours du type « commando ». Pendant ces cinq jours, nous avons été totalement immergés dans cet univers avec les rations à tous les repas et la vie en collectivité.
Pour valider ma formation, j’ai effectué, durant l’été 2018, un stage de 20 jours d’intégration dans une unité de la base aérienne de Villacoublay.

Pourquoi as-tu choisi d’être réserviste dans l’armée de l’air et quelles sont tes missions?

Je me suis intéressée dès le début à l’armée de l’air car je souhaitais devenir pilote de transport et aussi parce qu’il y a plus de femmes que dans l’armée de terre. Je suis réserviste seulement depuis l’été 2018. Comme je souhaite faire carrière dans l’armée de l’air, j’ai fait le choix de devenir réserviste pour découvrir le monde de l’armée et savoir si cela me plait vraiment. Mais si jamais cela ne me plaisait pas, cela fait toujours une très bonne expérience à vivre.
Le réserviste doit une présence à l’armée de 5 à 30 jours par an, en fonction de nos disponibilités et de leurs besoins de renforts. Ils font appel à nous lors de l’organisation d’évènements sur la base telles que les cérémonies, les cocktails ou pour les Journées Défense et Citoyenneté (JDC). Les missions dépendent des unités et des qualifications des réservistes. Pour exemple, j’ai un collègue qui est pilote dans le civil, il a donc été affecté dans l’escadron de transport. En tant que réserviste, il ne réalise que des tâches administratives.

Comment arrives-tu à concilier tes études, ta vie familiale et la réserve ?


Deux à trois week-end par mois, des activités sont organisées sur la base aérienne, auxquelles les réservistes peuvent s’inscrire. Les activités sont assez variées : activités sportives, raid sur un week-end, marches de nuit de 30-40 km, activités en groupes… Je n’ai pu participer qu’à quelques-unes. En parallèle, il y a à la fin, un examen que l’on peut passer dont le résultat apparait dans notre dossier pour nous permettre de passer un grade supérieur. Cela demande du temps et de l’investissement, il m’est donc difficile de concilier la réserve et les études. Le droit me demande beaucoup de travail.

Quelles compétences as-tu pu développer ?

Les jours de stage m’ont permis d’acquérir et de développer des valeurs véhiculées par l’armée : l’esprit d’équipe, l’altruisme, les valeurs de respect vis-à-vis des supérieurs et des collègues. Plusieurs activités, auxquelles j’ai participé, avaient pour enjeu l’adaptation et le dépassement de soi. Etant de nature timide, l’engagement dans la réserve m’a permis de prendre confiance en moi et d’être plus active. Le fait d’être entourée de personnes partageant les mêmes valeurs et le même état d’esprit est très enrichissant.

Quel est ton projet professionnel ?

Je souhaite passer le concours de sous-officier pour ensuite intégrer les services de Renseignement dans l’armée de l’air. Le concours comporte une épreuve sportive, un entretien de motivation et des tests de français de maths et psychomoteurs. Régulièrement, il y a des postes à pourvoir. Deux à trois concours sont organisés par an. Après la réussite du concours, il y a une formation à suivre. Ensuite, nous sommes détachés sur les postes à pourvoir.
 

Informations complémentaires