Vous êtes ici : UVSQ RechercheDoctoratSoutenances de thèse

« Le corps dans l'oeuvre romanesque de Philip Roth » par NECHITA Laura Alina

Discipline: langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes Laboratoire : Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines -CHCSC

Résumé
Le corps est une préoccupation constante chez Philip Roth, écrivain singulier dont la finesse d’observation n’a d’égal que la
distance ironique. Corps biologique, corps social, corps monstrueux, corps abject, corps malade, constituent autant d’avatars de
l’existence humaine individuelle et collective. De quoi relève cette présence presque obsessionnelle de la dimension corporelle
dans les récits de Philip Roth ? Ce travail vise, dans le cadre d’une approche plurielle et transdisciplinaire, à retracer l’évolution du
corps dans des textes qui mettent en lumière des crises existentielles et créatrices. Vue sous cet angle, l’œuvre fictionnelle
rothienne semble se décliner en quatre mouvements : impasse existentielle, puis ouverture vers l’autre et vers le monde, ensuite
tentative de se réinventer en toute impunité, et, enfin, prise de conscience de l’inévitabilité de la mort. Si le corps est d’abord perçu
comme un fardeau, une prison, il n’est susceptible de s’alléger, de se libérer, qu’au travers d’une expérience de l’altérité. Le sujet
n’advient à lui-même que dans l’espace de l’écriture où la chair se fait verbe. Cette lecture du corps dans le roman rothien
s’achève sur l’analyse d’une dématérialisation progressive du corps charnel dans le corps textuel.

Abstract
Philip Roth's fiction has always been preoccupied with the question of the body. In his novels, the body of flesh and blood, the
social body, the monstrous body, the abject body, the sickened body, all become avatars of our individual and collective existence.
How should one interpret this obsessive presence of the human body in Philip Roth’s fiction? This transdisciplinary dissertation
studies the evolution of the body within the context of novels concerned with existential and creational crises. Philip Roth’s fiction
may be divided into four stages: first, the insurgence of an existential impasse; second, the opening toward the other and the world,
followed, thirdly, by an attempt at freely reinventing oneself, and ending with an awareness of the inevitability of death. While the
body appears, at first, as a heavy burden to bear, true encounter with the Other becomes the only means of lightening its load. True
freedom only materializes within the textual space where the verb replaces the flesh. This study of the body in Philip Roth’s novels
traces, therefore, the gradual dematerialization of the body of flesh into the body of the text.
Informations complémentaires
Paule LEVY, Professeur des universités, Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, FRANCE - Directeur de these
Ada SAVIN, Professeur émérite, Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, FRANCE - Examinateur
Sylvie BAUER, Professeur des universités, Université de Rennes 2, FRANCE - Examinateur
Aurélie GUILLAIN , Professeur des universités, Université de Toulouse 2 , FRANCE - Rapporteur
Brigitte FÉLIX, Professeur des universités, Université de Paris 8, FRANCE - Rapporteur
Contact :
DSR - Service FED :