Vous êtes ici : UVSQ RechercheDoctoratSoutenances de thèse

"Gouvernance d’entreprise et développement des partenariats public-privé : cas de pays africains au sud du Sahara" par Monsieur Jean-Christophe Ilboudo

Discipline : Sciences de gestion, laboratoire : LAREQUOI-Laboratoire de Recherche en management

Résumé :
Dans un monde en perpétuelle évolution, caractérisé par une forte demande sociale en infrastructures, en biens et services, la puissance publique se doit d’adopter des stratégies à même de répondre efficacement à cette demande sociale. C’est dans cette perspective que naquis le partenariat public-privé, instrument privilégié de réalisation d’infrastructures, de biens ou de services.
A l’analyse des principes et des résultats obtenus par la mise en œuvre des ppp, il apparait que pour plus d’efficience dans leur exécution, cet instrument dans sa mise en œuvre, devrait s’appuyer sur une politique managériale prenant en compte non seulement, les fondamentaux de la théorie des parties prenantes (TPP) de la gouvernance d’entreprise ( Identification préalable des parties prenantes, création de valeur, répartition des valeurs à l’ensemble des parties prenantes), mais également devrait s’appuyer sur une réorientation du rôle de la puissance publique, désormais focaliser sur les activités relevant du rôle régalien de l’Etat ( régulation, évaluation, Contrôle).
Nonobstant l’importance de cet instrument et des résultats satisfaisants observés au cours de nos travaux, force est de constater une stagnation dans sa mise en œuvre ainsi qu’une opinion mitigée de son action.
Il apparait alors opportun de procéder à l’application de la TPP de la GE aux contrats de ppp. L’application de ses mécanismes devrait permettre de constater, que toutes les parties prenantes au contrat de ppp auraient été identifiées au préalable, leurs attentes énumérées et que la valeur partenariale créée par l’entreprise aurait été distribuée à l’ensemble des parties prenantes.
A ce propos, au cours de nos travaux une analyse a été faite de la création de valeur et de sa répartition au profit de l’ensemble des parties prenantes dans le cadre du ppp de la CIE et de SITARAIL. Nous avions déterminé, toute chose égale par ailleurs, la valeur partenariale de ces deux entreprises et nous avions pu constater une forte appropriation de la valeur partenariale par l’entreprise et une faible répartition au profit des autres parties prenantes. Certaines parties prenantes, notamment les clients n’ont rien obtenu.
La répartition de la valeur entre les parties prenantes constitue sans nul doute de réels éléments de motivation pour l’ensemble des acteurs au contrat de ppp et assurerait une meilleure perception des populations quant à l’apport des ppp à l’amélioration de leurs conditions de vie.
Notons cependant pour terminer, que de l’étude effectuée au cours des travaux, il ressort que le développement de cet instrument nécessitera de la puissance publique une réorientation de ses missions et une clarification du rôle des différents acteurs au contrat de ppp. L’Etat quant à lui devrait se consacrer à sa mission de régulation, d’évaluation et de contrôle de l’action des différents acteurs.

Abstract :
In a changing world, charactized by a strong social demand for infrastructure, goods and services, the public authority must adopt strategies to respond effectively to this social demand. It’s in this context that was born public-private partnership, a privileged instrument for building infrastructure, goods or services.
On analysis of the principles and results of the implementation of PPP, it appears that for more efficiency in their implementation, this instrument in its implementation, should be based on a management policy which takes into account not only the fundamentals of stakeholders theory (TPP) of the corporate governance (prior identification of stakeholders, value creation, value distribution to all stakeholders), but should be based on a reorientation of the state’s role (regulation, evaluation, control).
Notwithstanding the importance of this instrument and satisfactory results observed in our work, it is a clear stagnation in its implementation as well as a mixed opinion of its action.
It appears so appropriate to proceed with the implementation of the GE’s TPP to PPP contracts. The application of the mechanisms excepted to see, that all parties to the PPP contract would have been identified, listed their expectations and that the value created by the company have been distributed to all stakeholders.
Incidentally, during our work an analysis will be made of the creation of value and its distribution to the benefit of all stakeholders in the CIE’s PPP and SITARAIL.
This is undoubtedly real motivation elements for all actors in PPP contract and ensures a better perception of the populations of the contribution of PPP to improve their living conditions.
To conclude, we can say that the observation made during the work, it appears that the development of this instrument will require a reorientation of public power of its missions and clarification of the role of different stakeholders in PPP contract.

 
Informations complémentaires
Serge BAYALA, Professeur, à l’Université de Ouagadougou II - Rapporteur
Gérald ORANGE, Professeur des Universités, à l’Université de Rouen Normandie - Rapporteur
Annie BARTOLI, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Directrice de thèse
Christophe ASSENS, Maître de Conférences, HDR, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Examinateur
Contact :
DREDVal Service FED :